/g>

Linky : quel est le montant de l’investissement lié au projet ?

Dans son rapport 2018 présenté le 7 février, la Cour des comptes consacre un chapitre 2018 à Linky. Si ce chapitre intitulé « Les compteurs communicants Linky : tirer pour les consommateurs tous les bénéfices d’un investissement coûteux » consacre l’utilité de la modernisation des compteurs, deux principales critiques sont adressées : le cadre financier du projet, jugé trop favorable à Enedis, et le manque de bénéfices pour les clients dans la maîtrise de leur demande d’énergie. La Cour des comptes recommande notamment que l’État  « pilote effectivement les actions permettant de valoriser les contributions de Linky à la maîtrise de la demande d’énergie, en commençant par une meilleure information des usagers sur leur consommation ».

Quel est le coût du projet Linky ? Combien coûte l’installation des compteurs communicants ? Quel est le montant de l’investissement lié au projet ?

Le montant de l’investissement lié au projet, qui pour Enedis consiste à équiper 90% du parc d’ici à 2021 de compteurs communicants, est inférieur à 5 Md€. C’est le montant qu’Enedis annonce depuis 2014 et que la Cour rappelle notamment dans son rapport.

La Cour des comptes évoque un investissement de 5,7 Md€ ? Qu’en est-il ? Des dérapages sont-ils à craindre ?

Le montant de 5,7 Md€ annoncé par la Cour des comptes n’est pas établi sur le même périmètre (il intègre les entreprises locales de distribution, l’expérimentation et la fin du déploiement post phase projet). Au périmètre d’Enedis le montant de l’investissement est bien inférieur à 5 Md€ et la Cour des Comptes l’a également confirmé. Face aux craintes de dérapages, il faut observer qu’Enedis pilote de près le projet et est en ligne sur les trajectoires financières.

Le projet est-il rentable ?

Linky est un projet industriel dont la valeur économique est déjà équilibrée au périmètre d’Enedis et qui est très largement positive à la maille de la collectivité nationale : la CRE a mentionné des gains de l’ordre de 10 Md€.

Le projet est-il performant aujourd’hui ? Est-il en ligne avec les objectifs ?

Le projet Linky est au rendez-vous de ses objectifs. Le système de comptage déployé est performant. Le projet tient ses délais et ses coûts. Il est en ligne avec sa trajectoire à fin 2017 et l’investissement global prévu à fin 2021 est sous contrôle.

La Cour des comptes dénonce un cadre régulatoire favorable à Enedis, au détriment du consommateur, qu’en est-il ?

La Commission de régulation de l’énergie a défini un cadre régulatoire spécifique et adapté à un projet industriel de grande ampleur comme Linky (pour lequel on peut souligner le caractère innovant et risqué). Ce cadre incite Enedis à atteindre ses objectifs et la pénalise en cas de dérapage.

  • Les incitations financières définies par le régulateur prennent en compte les difficultés techniques et opérationnelles d’un projet de ce type.
  • Pour autant, le projet est loin d’être terminé. Si Enedis a réussi à équiper 20 % du parc en deux ans, il reste encore 4 années d’un défi continu. Le fait d’avoir un dispositif d’incitation stable dans la durée prend tout son sens dans ce contexte.

Combien le compteur va-t-il  coûter au consommateur ?

La pose du compteur Linky n’est pas facturée au client. Quand on dit que le projet est économiquement équilibré au périmètre d’Enedis, cela signifie que les gains apportés par le compteur compensent les coûts, ce qui conduit à une neutralité tarifaire pour le client. Sans compter les autres gains apportés par Linky par ailleurs : changement de fournisseur facilité, MDE, suivi des consommations sur un espace personnel sécurisé.

Quel est l’intérêt du différé tarifaire ?

Le différé tarifaire prévu par la CRE dans le dispositif régulatoire de Linky vise simplement à neutraliser l’impact tarifaire pour le consommateur en faisant coïncider l’impact des coûts avec l’arrivée des gains.

Pour la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) : « Sans la réussite du projet Linky, projet industriel ambitieux, il n’y a pas de transition énergétique ». De même celle-ci confirme que :  « le projet est largement bénéficiaire « à la maille France » et financièrement neutre pour le consommateur ».