/g>

L’autoconsommation facilitée par les compteurs Linky

Déjà plus de 350 000 foyers français ont fait le choix de produire leur électricité

L’autoconsommation d’électricité se répand de plus en plus chez les consommateurs. Il s’agit de consommer l’électricité que l’on produit soi-même. Ce mode de consommation se développe, essentiellement sur la production solaire, et avait jusqu’à présent des coûts plutôt élevés ou subissait des conditions économiques peu favorables pour les auto-consommateurs.

Demain tous producteurs grâce au compteur Linky ?

En juin 2016, un sondage Opinionway, réalisé pour Enerplan, révélait que 47 % des Français étaient prêts à investir dans des panneaux solaires, dont 15 % pour devenir complètement autonomes. Une loi visant à favoriser le développement de l’autoconsommation d’électricité été adoptée le 15 Février 2017 ; celle-ci oblige notamment les gestionnaires de réseaux de faciliter les opérations d’autoconsommation.

Fin 2017, plus de 20 000 foyers producteurs / auto-consommateurs ont réalisé des économies. Enedis installe des compteurs Linky à tous les nouveaux clients désirant consommer une partie de leur production, tout en injectant le surplus de l’électricité produite sur le réseau. Il existe deux formes d’autoconsommation :

  • La vente en surplus (autoconsommation partielle) : Le consommateur produit son électricité et en consomme autant qu’il veut. Le surplus est injecté sur le réseau (contrat de vente avec Enedis).
  • L’autoconsommation totale : L’auto-consommateur consomme la totalité de sa production d’électricité, sans injection de sa production sur le réseau électrique.

Le compteur Linky avancée majeur et pivot de l’autoconsommation

Le compteur Linky est une avancée majeure pour les clients souhaitant devenir autoconsommateurs. Il permet à lui seul d’enregistrer en soutirage et en injection l’électricité produite et consommée. Plus besoin, de s’équiper, à un coût parfois élevé, d’un 2ème compteur, voire 3ème compteur pour certaines installations. D’où une baisse de 600€ TTC en moyenne sur le coût de raccordement de l’installation, de quoi faciliter le développement de l’autoconsommation et accompagner la transition énergétique.


À Bordeaux : Mise en service la première installation d’autoconsommation collective de France

À Bordeaux, la résidence « Les Souffleurs », du bailleur social Gironde Habitat, dispose, depuis le 1er décembre 2017, de la première opération d’autoconsommation collective en France. Au cœur d’un quartier en pleine transformation, cette première est le résultat d’un travail conjoint entre Gironde Habitat, bailleur social engagé dans le développement durable, Inelia, entreprise spécialisée dans le développement de projets photovoltaïques, et Enedis. Dès 2018, l’ensemble des résidents de cet immeuble de 60 logements équipés de panneaux solaires, pourront ainsi bénéficier de cette production locale et ainsi d’une diminution de leur charge. Après la mise en service, Enedis relève les données des compteurs communicants et, calcule les quantités d’énergie nécessaires à la mise en œuvre de l’opération, à partir des courbes de charges et des clés de répartition communiquées par la personne morale. Enedis les met ensuite à disposition de la personne morale et des différentes parties prenantes.

Une expérimentation d’autoconsommation à Perpignan – Projet Tecsol

Cette solution va être mise en œuvre à titre expérimental par le département des Pyrénées Orientales qui s’est engagé dans une démarche de « Territoire à Énergie Positive ». Des solutions innovantes, telles que l’autoconsommation collective, vont être expérimentées par trois sites. Des panneaux photovoltaïques seront installés et leur production sera partagée par plusieurs consommateurs des bâtiments environnants. Enedis va signer une convention pour cette expérimentation qui réunira le Conseil départemental, la société Sunchain et le ou les fournisseurs des consommateurs. La société Sunchain accompagne le Conseil départemental pour la définition de la répartition de la production sur les consommateurs en utilisant la technologie de la blockchain. C’est l’opportunité pour Enedis de rendre compatible sa solution avec cette nouvelle technologie. D’autres porteurs de projets ont sollicité Enedis pour mener des expérimentations du même type, aussi bien sur des métropoles, telles que Bordeaux, que sur de plus petites communes, par exemple en Bretagne ou en PACA.


A lire :